C’était un Rendez Vous – Les explications de Claude Lelouch

Il y a prés d’un an et demi, le chaton vous présentait un court-métrage ultra-connu sur l’internet : « C’était un Rendez-vous » de Claude Lelouch. Dans ce court, Claude Lelouch réalisait à plus de 150 km/h le trajet Porte Dauphine => Sacré Coeur, à bord d’une Mercedes 450 SEL, le tout en moins de 9 min (n’essayez pas…)

Beaucoup de questions se sont posées à la suite de ce court. Qui conduisait, quelle voiture a été utilisée, quelle organistion a été mise en place ? Autant de questions auxquelles répond Claude Lelouch dans ce documentaire de 9 min, réalisé en 2006.

Si jamais, vous n’avez pas vu l’original de « C’était un Rendez-vous », ou que vous êtes un passionné de voitures, je vous invite vivement à (re)voir ce court-métrage, vous ne le regrettez pas… ( Merci à mon père pour la vidéo)

6 commentaires

  1. Mouai, comme les com de l’article de 2006, j’y crois moyen aux 200km/h, sa défile pas bien vite et il garde une belle adérence. D’ailleur dans le making of, ils sont sur les champs je crois et scooter les dépasse : il y a peut etre 20km/h d’écart, et ba sa fait le meme effet que dans le film…

    Répondre
  2. si sa interesse kelk1 ;) , cette video a ete utilise pour la chanson ‘open your eyes’ de Snow patrol.
    je trouve que sa rend la video plus interessante, qu’avec la bande son originale.

    Répondre
  3. Impressionnant comme Paris n’a pas changé, et comme (probalement) les mêmes personnes font la même chose à la même heure.

    Répondre
  4. j’adore cette excursion dans Paris
    au volant d’une mercedes,moi je suis a Marseille je suppose aussi qu’il ya
    plein d’endroit ou l’on trouve,des escaliers,peu être a bientôt.ziada

    Répondre
  5. la voiture utilisee etait une 450 berline moteur 8 cyl et presque 220cv vu le bruit des modifications on du etre apportees a ce modele traditionnelement voué a garder le silence…les pointes a 200 sont reelement posibles avec cette puissance embarquee

    Répondre

Laisser un commentaire

Trackbacks